ENSEIGNER EN ALLEMAGNE

Les Lycées français en Allemagne sont intégrés dans le réseau de l’Agence pour l’Enseignement Français à l’Étranger (www.aefe.fr). Il s’agit des établissements de Berlin, Dusseldorf, Francfort, Fribourg, Hambourg, Munich et Sarrebruck.

Certains sont des établissements à gestion directe (EGD): Berlin, Fribourg, Francfort, Munich, Sarrebruck. Cela signifie que leur gestion est opérée intégralement par l’AEFE.

Parmi ces établissements à gestion directe (EGD), les lycées de Fribourg et Sarrebruck sont des lycées franco-allemands qui développent un enseignement bilingue exigeant la maîtrise de la langue allemande ou un engagement fort de la part des candidats dans l’apprentissage de cette langue. Les LFA préparent un examen spécifique, le baccalauréat franco-allemand, et ne permettent donc pas ou difficilement l’intégration d’élèves en cours de scolarité. Le lycée de Berlin a la particularité d’être un établissement public de droit allemand préparant à la fois le baccalauréat français et l’Abitur allemand. Hormis les cours de langue et littérature allemandes, l’ensemble des cours est délivré en français. Ces trois derniers établissements sont gratuits. Les LFA et le lycée de Berlin sont associés à des écoles maternelles et primaires qui, quant à elles, sont payantes (du reste jusqu’à la 6ème incluse à Berlin).

Les établissement de Dusseldorf et Hambourg sont gérés par une association de parents d’élèves. Cependant, le lycée de Hambourg se transforme actuellement pour intégrer, depuis l’an dernier, progressivement les réseau des lycées franco-allemands avec Sarrebruck et Fribourg (et Buc et Strasbourg, en France) et va donc, à terme, à la fois délivrer un enseignement bilingue et un enseignement classique de type français pour ses élèves non germanophones.

Il existe trois catégories de personnels enseignants :

  • les enseignant.e.s expatrié.e.s ou EMCP2 (enseignant.e.s expatrié.e.s à mission de conseil pédagogique dans le 2nd degré) qui sont recruté.e.s par l’AEFE à Paris. Ils/Elles sont détaché.e.s sous contrat à l’AEFE pour une durée de 3 ans (contrat renouvelable en général pour 2 ans) et touchent une prime d’expatriation.
Les candidat.e.s doivent suivre l'actualité syndicale pour connaître chaque année les calendriers des procédures de recrutement (publication des postes par l'AEFE, envoi des dossiers par les candidat.e.s, commissions de classement des candidatures et entretiens) ou s'informer sur : https://www.aefe.fr/personnels/recrutement-des-expatries/le-contrat-dexpatrie
  • les professeur.e.s résident.e.s qui sont recruté.e.s par l’AEFE sur avis d’une Commission Paritaire Consultative Locale (CCPL), commission qui se tient à l’Ambassade à Berlin en mars et qui examine les candidatures selon un barème publié dans cette rubrique de notre site. Les collègues qui souhaitent postuler doivent faire acte de candidature sur la plateforme AGIRR de l’AEFE, en décembre, et envoyer leur dossier papier à l’Ambassade de France à Berlin ainsi qu’une copie à ou aux directions des établissements dans lesquels ils/elles souhaitent exercer. Les postes sont publiés sur le site de l’AEFE ainsi que, fréquemment, sur les sites des établissements qui fournissent éventuellement une fiche de poste détaillée.
Nous invitons vivement les candidat.e.s syndiqué.e.s à nous envoyer une copie de leur dossier afin que nous puissions les contacter, en cas de pièces manquantes ou de litiges avec l'administration sur l'interprétation de leurs justificatifs.

Les résident.e.s ont un statut de détachés du Ministère de l’Éducation Nationale, leur carrière se poursuit donc au sein du MEN. Depuis que le Ministère de l’Éducation Nationale a décidé de limiter la durée des détachements des résident.e.s, ils/elles sont sous contrat avec l’AEFE pour une durée de 2 fois 3 ans, par dérogation jusqu’à 9 ans. Le SNES s’oppose toujours à cette mesure et souhaite un retour à la situation antérieure (les résident.e.s étaient initialement recruté.e.s sur la base d’une reconduction quasi automatique de leur contrat et détachement). En effet, prétendre accroître par ce biais la mobilité des collègues en France est ridicule : sans cette contrainte, la durée moyenne de séjour des résident.e.s était déjà de l’ordre de 6 ans et le SNES souhaite que les détachements soient en accord avec les choix de vie des collègues lorsque ceux-ci/celles-ci ont toutes raisons privées de demeurer dans le pays de leur exercice. Par ailleurs, les suppressions de postes de détaché.e.s des dernières années rend l’offre de postes vacants de toute manière extrêmement limitée eu égard au nombre d’enseignant.e.s en France.

Les résident.e.s touchent une prime mensuelle, l’ISVL (indemnité spécifique de vie locale), définie pour chaque ville selon l’attractivité, le coût de la vie, le logement, le transport, la santé. Les montants sont revus chaque année et réajustés chaque trimestre en fonction des variations des taux de change et indices des prix.

  • Les Personnels de Droit Local (PDL) ou recrutés en contrat local sont employés directement par l’établissement sur la base de contrats de droit allemand. Les établissements à gestion parentale sont intégralement maître de leurs procédures de recrutement, grilles salariales. etc. Dans les établissements à gestion directe, les emplois à compter du mi-temps et pour une durée supérieure ou égale à 6 mois font l’objet d’une proposition de classement de la Commission Paritaire Consultative Locale (CCPL). Cette CCPL a lieu en mai-juin à l’Ambassade de France à Berlin.

Les candidat.e.s doivent postuler auprès des établissements directement, qui publient les postes vacants sur leurs sites (qu’il convient de consulter régulièrement). Les candidats peuvent aussi envoyer des candidatures spontanées.

Nous ne saurions trop vous conseiller de nous envoyer ainsi qu'à l'Ambassade des doubles de vos dossiers de candidature : nous avons en effet constaté que des dossiers disparaissaient et/ou n'étaient pas transmis par les secrétariats des établissements aux commissaires paritaires, lesquels utilisent un barème également publié dans cette rubrique de notre site.

Les enseignant.e.s titulaires recruté.e.s en tant que PDL doivent se mettre en disponibilité vis-à-vis de l’Éducation Nationale. S’il s’agit d’une disponibilité pour convenance personnelle, leur emploi en tant que PDL est limité dans le temps comme l’est leur disponibilité. Ils/Elles ne cotisent plus pour leur retraite en France. Leurs conditions de rémunération sont variables d’un établissement à l’autre, ainsi d’ailleurs que la reprise de leur ancienneté en tant qu’enseignant.e.s lorsqu’ils/elles intègrent pour la première fois les grilles de tel ou tel établissement.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s